samedi 12 janvier 2019

Impermanence (Introduction du "Heike monogatari")



« Du monastère de Gion le son de la cloche, de l’impermanence de toutes choses est la résonance. 
Des arbres shara la couleur des fleurs démontre que tout ce qui prospère nécessairement déchoit. 
L’orgueilleux certes ne dure, tout juste pareil au songe d’une nuit de printemps.
L’homme valeureux de même finit par s’écrouler ni plus ni moins que poussière au vent. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire